#jepeuxpasjaiperinee : les 10 fausses excuses pour ne pas faire sa rééducation périnéale

#jepeuxpasjaiperinee : les 10 fausses excuses pour ne pas faire sa rééducation périnéale

Vous aurez beau chercher, il n’existe aucune bonne raison pour ne pas passer par la case « rééducation » quand votre périnée bat de l’aile ou que l’incontinence fait une irruption fracassante dans votre tanga tout neuf.

 

Parmi les prétextes qui ne tiennent pas la route :

 

 

J’ai pas le temps !

Avec une durée de 30 minutes en moyenne, on ne peut pas dire qu’une séance de rééducation périnéale mette en péril votre pause-déjeuner, la tournée de lessive ou la réunion du syndic de votre immeuble. En revanche, faire l’impasse sur cette étape cruciale peut avoir de graves conséquences. Alors ? On se fait un cinoche ou on met sa sonde de rééducation périnéale en bandoulière ?

giphy

 

Bébé me déconcentre !

Si la prunelle de vos yeux doit faire partie du voyage chez le kiné ou la sage-femme, un seul mot d’ordre : an-ti-ci-pez ! Biberonné avant l’heure « H », la couche propre et un stock de tétines à portée de bec, il n’en sera que plus calme.

 

Je suis fatiguée !

Prendre soin de soi – périnée inclus – est un antidote parfait contre les coups de mou. Allez, du nerf !   

 

C’est trop dur !

Ne partez pas battue et abordez chaque rendez-vous comme une séance de gymnastique. Coup de bol pour vous : le périnée a bonne mémoire. Stimulé régulièrement par une méthode de rééducation adaptée à vos besoins, il n’en sera que plus efficace dans l’effort.  

 

Le kiné est un homme…

Deux solutions : soit vous partez du principe qu’il en a vu d’autres, soit vous prenez rendez-vous avec une (sage-)femme. Circulez !

 

C’est cher !

giphy

Les séances de rééducation périnéale post-partum sont remboursées à 100% par la Sécurité sociale après un accouchement, puis à 60% (+ jusqu’à 40% par la mutuelle) par la suite. Et quand bien même cela suppose une dépense, pensez à l’investissement pour votre vie future : un périnée au taquet, c’est une qualité de vie assurée !  

 

Ça ne sert à rien !

Patience et détermination sont les clés d’un périnée bien rééduqué. Votre corps, votre sexualité et votre moral en seront les premiers bénéficiaires.   

 

Après une césarienne, pas besoin !

giphy

Certes, vous n’avez pas eu besoin de pousser le jour J pour votre premier tête-à-tête avec bébé. Toutefois, c’est bel et bien votre utérus qui s’est alourdi 9 mois durant et qui a pris un malin plaisir à appuyer sur tout le plancher pelvien. Vous faites donc partie, comme les autres, des heureuses élues à la rééducation du périnée !   

 

Le stop-pipi, ça me suffit !

Funeste erreur : cet exercice permet simplement d’identifier son périnée, certainement pas de le rééduquer. 

 

Je préfère la chirurgie…

Méfiez-vous : après elle, toute rééducation sera vaine. Autant prendre les devants et ne la voir que comme un ultime recours à vos problèmes d’incontinence urinaire ou autres désagréments. 

 

Morale de l’histoire :

« Au périnée rééduqué, la femme reconnaissante » !

 

rééducation du périnée

Partagez
  • 8
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 10
  •  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *