Retrouvez dans cette rubrique, plusieurs études cliniques sur la cohérence cardiaque, le biofeedback et la rééducation périnéale. 

Amélioration de la qualité de vie
Stress chez les chômeurs : un programme d’entraînement à la cohérence cardiaque rétablit leur équilibre physiologique au même niveau que des personnes employées.

Trente-trois personnes sans emploi et 34 personnes avec emploi sont comparées au début de l’expérimentation et on constate que la variabilité du rythme cardiaque VRC de repos des personnes sans emploi est bien inférieure à celle des personnes employées. Les personnes sans emploi suivent un programme de biofeedback deux fois 20 mn par jour quotidiennement pendant trois semaines. A la fin du programme, tous les paramètres de la variabilité du rythme cardiaque (VRC) reviennent dans des valeurs similaires au groupe employé.

Wanqing Wu, Yeongjoon Gil, et Jungtae Lee, « Combination of Wearable Multi-Biosensor Platform and Resonance Frequency Training for Stress Management of the Unemployed Population », Sensors (Basel, Switzerland) 12, no 10 (27 septembre 2012): 13225‑48, doi:10.3390/s121013225.

Amélioration de la récupération post-stress et diminution de la douleur générale chez des sujets présentant une douleur chronique du cou causée par le stress

Vingt-quatre sujets présentant une douleur chronique au cou et aux épaules depuis au moins 6 mois et en continu depuis les 6 dernières semaines sont répartis en deux groupes : un groupe pratiquant la cohérence cardiaque en séance d’une heure, une fois par semaine et devant faire quotidiennement 15 mn à domicile pendant10 semaines ; un groupe n’ayant aucune prise en charge particulière. A la fin du programme, les participants du groupe cohérence cardiaque déclarent ressentir moins de douleur dans l’ensemble du corps, avoir une plus grande vitalité et en conséquence ont amélioré leur vie sociale. Deux tests de stress, physique et cognitif, ont été pratiqués avant le début du programme et à la fin. On constate dans le groupe cohérence cardiaque une amélioration de la récupération post-stress sur les paramètres de la variabilité du rythme cardiaque (VRC).

David M. Hallman et al., « Effects of Heart Rate Variability Biofeedback in Subjects with Stress-Related Chronic Neck Pain: A Pilot Study. », Appl Psychophysiol Biofeedback 36, no 2 (juin 2011): 71–80, doi:10.1007/s10484-011-9147-0.

Chez des managers : amélioration de la mémoire de travail et de l’attention après 10 mn de cohérence cardiaque en biofeedback

Dix-huit managers seniors exposés au stress au travail et déclarant avoir un haut niveau de stress dans leur vie ont été répartis en deux groupes. Les uns ont pratiqué le biofeedback sur la variabilité du rythme cardiaque (VRC), les autres visualisaient aussi la courbe de VRC mais sans avoir de consigne à exécuter ; pendant une durée de 10 mn. Pendant cette intervention, on a également mesuré leur électroencéphalogramme (EEG). Avant et après cette intervention, ils ont tous subi un test de stress cognitif important (stroop test).

Pendant l’intervention de biofeedback ou de visualisation, l’EEG montre que les deux groupes sont relaxés et ont un effort mental réduit.

Après intervention, le groupe biofeedback a amélioré sa vitesse de réaction lors du test de stress par rapport au groupe contrôle, sans pour autant faire plus d’erreurs. Par conséquent, les auteurs en déduisent que les exercices de biofeedback ont permis une amélioration de la mémoire de travail et de l’attention.

Gabriell E. Prinsloo et al., « The Effect of a Single Session of Short Duration Heart Rate Variability Biofeedback on EEG: A Pilot Study. », Appl Psychophysiol Biofeedback 38, no 1 (mars 2013): 45–56, doi:10.1007/s10484-012-9207-0; Gabriell E. Prinsloo et al., « The Effect of Short Duration Heart Rate Variability (HRV) Biofeedback on Cognitive Performance during Laboratory Induced Cognitive Stress », Applied Cognitive Psychology 25, no 5 (1 septembre 2011): 792‑801, doi:10.1002/acp.1750.

Anxiété de l'enfant

Utilité d’associer une Thérapie Cognitive et Comportementale à la cohérence cardiaque chez des patients souffrant d’anxiété pathologique

Vingt-quatre patients souffrant soit de trouble anxieux généralisé, phobie, trouble obsessionnel compulsif, Syndrome de l’intestin Irritable ou encore d’insomnie suivent un programme de cohérence cardiaque avec 20 minutes à faire quotidiennement pendant 3 à 4 semaines avec un dispositif portable. On observe à la fin du programme une diminution du stress (trait et état) ainsi que de la colère. Les participants déclarent également ressentir une amélioration de leur sommeil. Par ailleurs, on constate plus d’améliorations chez les participants ayant le plus pratiqué. Les auteurs concluent que ce dispositif peut être utilisé en conjonction avec une Thérapie Cognitive et Comportementale et donne aux patients un moyen objectif d’augmenter leur relaxation physiologique.

Robert Reiner, « Integrating a Portable Biofeedback Device into Clinical Practice for Patients with Anxiety Disorders: Results of a Pilot Study », Applied Psychophysiology and Biofeedback 33, no 1 (mars 2008): 55‑61, doi:10.1007/s10484-007-9046-6.

Diminution de l’anxiété et de la dépression avec la cohérence cardiaque chez des enfants et des adolescents souffrant de troubles anxieux

Vingt-quatre enfants et adolescents âgés de 9 à 17 ans souffrant de troubles anxieux ont été répartis en deux groupes : un groupe a participé à un programme incluant la cohérence cardiaque pendant 8 séances et l’autre ne faisait rien de particulier. On constate après l’intervention que les enfants ayant suivi le programme ont très nettement diminué leur anxiété ainsi que leur dépression.

M Knox et al., « Game-based biofeedback for paediatric anxiety and depression », Mental Health in Family Medicine 8, no 3 (septembre 2011): 195‑203.

Meilleure gestion du stress et diminution de l’anxiété et chez des enfants en école primaire grâce à des exercices de cohérence cardiaque

Des enfants de 8 ans en classe élémentaire ont été répartis en deux groupes : un groupe a pratiqué 10 mn par jour de gestion du stress incluant la cohérence cardiaque pendant 4 mois avec leur enseignant, tandis que le groupe contrôle a eu à la place 10 mn de lecture par jour par leur enseignant. On constate chez les enfants ayant pratiqué la cohérence cardiaque une amélioration de l’anxiété dès la fin des 4 mois jusqu’à un an après l’arrêt de l’entraînement en classe. Les enfants se sont mis à utiliser la technique d’eux-mêmes. Leur relaxation s’est également retrouvée dans la mesure de leur variabilité du rythme cardiaque.

Denise A. Bothe, Josephine B. Grignon, et Karen N. Olness, « The Effects of a Stress Management Intervention in Elementary School Children », Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics: JDBP 35, no 1 (janvier 2014): 62‑67, doi:10.1097/DBP.0000000000000016.

Difficultés respiratoires

Meilleure gestion des crises d’asthme et diminution du recours au médicament chez de enfants asthmatiques suivant un entraînement à la cohérence cardiaque

Quatre-vingt-quartorze personnes asthmatiques sous dose minimale de médicament sont réparties en quatre groupes : cohérence cardiaque et technique de respiration ; cohérence cardiaque seule ; biofeedback placebo ; contrôle sans prise en charge supplémentaire. Les trois groupes « actifs » ont suivi une séance de 20 mn par semaine et un entraînement quotidien à domicile de 20 mn pendant 10 semaines. On constate une diminution de l’utilisation de médicament dans tous les groupes ainsi que des symptômes de l’asthme sauf le groupe contrôle et cette diminution est plus forte dans les groupes comportant la cohérence cardiaque. Dans ces groupes-là, la sévérité de l’asthme est diminuée. Par ailleurs, on observe également dans ces groupes une amélioration de la résistance respiratoire à 6Hz (technique d’exploration fonctionnelle respiratoire).

Paul Lehrer et al., « Heart Rate Variability Biofeedback: Effects of Age on Heart Rate Variability, Baroreflex Gain, and Asthma. », Chest 129, no 2 (février 2006): 278–284, doi:10.1378/chest.129.2.278; Paul M. Lehrer et al., « Biofeedback Treatment for Asthma. », Chest 126, no 2 (août 2004): 352–361, doi:10.1378/chest.126.2.352.

Gestion de la douleur

Huit semaines de cohérence cardiaque en biofeedback entraînent une rémission chez des enfants souffrant du syndrome de l’intestin irritable ou du syndrome de la douleur abdominale fonctionnelle

Treize enfants présentant un syndrome de l’intestin irritable (SII) et 11 enfants présentant un syndrome de douleur abdominale fonctionnelle (SDAF) ont suivi un programme de cohérence cardiaque comportant une séance par semaine de 30 mn et un entraînement quotidien à domicile de 20 mn, cela pendant 8 semaines. A la fin du programme, on constate une rémission complète chez 69.2 % et une rémission partielle chez 30.8 % chez les enfants souffrant de SII. On observe également une rémission complète chez 63.6 % et rémission partielle chez 36.4 % chez les enfants souffrant de SDAF.

Mark J. Stern, Robert A F. Guiles, et Richard Gevirtz, « HRV Biofeedback for Pediatric Irritable Bowel Syndrome and Functional Abdominal Pain: A Clinical Replication Series. », Appl Psychophysiol Biofeedback 39, no 3‑4 (décembre 2014): 287–291, doi:10.1007/s10484-014-9261-x.

Un entraînement quotidien à la cohérence cardiaque diminue la fréquence et l’intensité des crises de douleurs abdominales fonctionnelles chez des adolescents

Les paramètres de la variabilité du rythme cardiaque de 20 adolescents souffrant d’un syndrome de douleur abdominale fonctionnelle (SDAF) sont comparés à ceux de 10 adolescents sains. Les valeurs des adolescents malades sont inférieures à celles adolescents sans problèmes. Les adolescents souffrant de SDAF suivent ensuite un programme de cohérence cardiaque comportant une séance par semaine de 45 mn et une entraînement quotidien à domicile de 10 mn, cela pendant 8 semaines. A la fin du programme, ces patients ont retrouvés des valeurs de VRC similaires aux enfants sains et la fréquence et l’intensité de leurs crises est diminuée.

Erik Sowder et al., « Restoration of Vagal Tone: A Possible Mechanism for Functional Abdominal Pain. », Appl Psychophysiol Biofeedback 35, no 3 (septembre 2010): 199–206, doi:10.1007/s10484-010-9128-8.

Aide à la gestion de la douleur fonctionnelle abdominale chez l’enfant avec la cohérence cardiaque

Le syndrome de douleur abdominale fonctionnelle (SDAF) se caractérise par une douleur abdominale chronique et récurrente survenant en l’absence de maladie structurelle, organique ou métabolique, détectable par les examens cliniques de routine pratiqués à l’heure actuelle. Dans cette étude, une petite fille de 8 ans présentant un SDAF depuis l’âge de 4 ans et ayant testé plusieurs thérapies apprend la cohérence cardiaque sur 7 séances. Au fil des séances, elle parvient à mieux gérer sa douleur ce qui entraîne une réduction de son intensité et de la durée des crises.

Kevin S. Masters, « Recurrent Abdominal Pain, Medical Intervention, and Biofeedback: What Happened to the Biopsychosocial Model? », Appl Psychophysiol Biofeedback 31, no 2 (juin 2006): 155–165, doi:10.1007/s10484-006-9016-4.

Gestion du stress

Intégration complète de la cohérence cardiaque à la vie quotidienne : l’expérience du staff d’une équipe d’athlètes d’élite

Vingt employés d’une société d’un centre d’appels ont accepté de suivre un programme de biofeedback avec un appareil portable. Leurs données ont été comparées à celles de 318 autres employés situés sur un autre site de la même compagnie. Ils se sont entraînés quotidiennement 20 mn pendant 45 jours. En moyenne, le dispositif a réellement été utilisé un jour sur deux pour un peu plus de 10 mn/jour. Une comparaison du ressenti client (l’appelant) évalué par un tiers qui rappelle les clients a été effectuée avant et après le programme sur le groupe BFB et le groupe contrôle. L’étude rapporte que le ressenti client a été significativement amélioré chez les employés ayant suivi le programme, qui eux-mêmes disent être moins stressés après cet entraînement. De plus, on constate un meilleur ressenti de l’employé comme du client ayant été appelé par cet employé chez les employés ayant le plus pratiqué la cohérence cardiaque.

Une deuxième étude a été menée ensuite sur 19 psychothérapeutes travaillant dans un centre d’appel pour répondre aux appels téléphoniques d’employés en détresse.

Ces employés sont soumis à de fortes tensions et stress. Le suivi du même programme que précédemment leur a permis à tous de réduire les symptômes du stress (burnouts, fatigue, problèmes intestinaux, maux de tête). On constate aussi chez ces employés qu’ils passent plus de temps avec les appelants, ont moins d’arrêt de travail et 16 d’entre eux sont convaincus par l’appareil et continuent de l’utiliser à la fin du programme.

Justin J. Kennedy et Miranda Pretorius, « Integrating a Portable Biofeedback Device into Call Centre Environments to Reduce Employee Stress: Results from Two Pilot Studies », JOURNAL OF WORKPLACE BEHAVIORAL HEALTH 23, no 3 (2008): 295‑307.

Intégration d’un dispositif portable de biofeedback dans un centre d’appels pour réduire le stress des employés : diminution des symptômes liés au stress et amélioration de la qualité du service

Quatorze étudiants sans problèmes particuliers suivent 1 séance par semaine de cohérence cardiaque pendant 30 mn pendant 6 à 10 semaines, 13 autres étudiants sont dans le groupe contrôle et ne font rien de particulier. On leur fait subir deux types de stress, un stress cognitif et un stress physique (qui ne font pas intervenir les mêmes mécanismes) avant et après le programme. On n’observe aucun changement de la variabilité du rythme cardiaque (VRC) de repos mais on constate en revanche une amélioration de la VRC en réponse au stress (pNN50, LF, SDNN et RMSSD) par rapport au groupe contrôle.

Amanda Whited, Kevin T. Larkin, et Matthew Whited, « Effectiveness of emWave Biofeedback in Improving Heart Rate Variability Reactivity to and Recovery from Stress », Applied Psychophysiology and Biofeedback 39, no 2 (juin 2014): 75–88, doi:10.1007/s10484-014-9243-z.

Efficacité d’un dispositif de biofeedback dans l’amélioration de la réactivité face au stress et dans la récupération post-stress

891 militaires avant déploiement sur zone de combat reçoivent une formation à la gestion du stress sur le champ de bataille. Pour cela, on leur distribue des brochures leur expliquant le stress et comment l’identifier puis ils sont répartis en deux groupes : un groupe (422) reçoit la formation conventionnelle basée sur ces brochures et un autre groupe (469) reçoit un entrainement de même durée comprenant des exercices de respiration sur zone de combat et un entraînement au biofeedback sur la VRC. Ils sont ensuite exposés à une vidéo de combat et on constate pendant l’exposition et en récupération que le groupe ayant suivi le biofeedback a une plus forte VRC que le groupe contrôle.

Gregory F. Lewis et al., « Relaxation Training Assisted by Heart Rate Variability Biofeedback: Implication for a Military Predeployment Stress Inoculation Protocol. », Psychophysiology, juin 2015, doi:10.1111/psyp.12455.

Amélioration de la récupération post-stress par des exercices de cohérence cardiaque en biofeedback chez près de 900 militaires

46 musiciens ou chanteurs confirmés sont répartis en trois groupes : biofeedback, respiration guidée à 6 cycles par mn sans biofeedback ou lecture d’un titre favori ; 30mn à chaque fois. Ils sont comparés avant /après sur un test de performance artistique où ils doivent déchiffrer et interpréter une pièce musicale courte. Le biofeedback sur la variabilité du rythme cardiaque et la respiration guidée parviennent à faire diminuer l’anxiété chez les plus anxieux, par rapport au groupe contrôle. Cela semble s’accompagner d’une augmentation du tonus vagal, mesurée par les paramètres de la variabilité du rythme cardiaque (HF).

Ruth Wells et al., « Matter over Mind: A Randomised-Controlled Trial of Single-Session Biofeedback Training on Performance Anxiety and Heart Rate Variability in Musicians. », PLoS One 7, no 10 (2012): e46597, doi:10.1371/journal.pone.0046597.

Chez les musiciens : Diminution de l’anxiété et augmentation du tonus vagal après 30 mn de cohérence cardiaque en biofeedback

Quarante-trois officiers de patrouille, 12 détectives, 9 officiers de bureau sont répartis dans un groupe suivant un programme incluant de la cohérence cardiaque (28) et dans un groupe contrôle (21). Le groupe cohérence cardiaque a 3 séances de 4h sur un mois. Les deux groupes sont exposés à des scenarii stressants avant et après le programme. A la fin du programme, on constate dans le groupe cohérence cardiaque une amélioration des symptômes de stress, une amélioration des composantes physiologiques cardiaques. Les participants du groupe cohérence cardiaque déclarent également mieux gérer leur stress et leurs émotions ainsi que d’avoir constaté une amélioration du sommeil. De plus, ces participants disent avoir recours à la méthode pendant les expositions au stress et on constate chez eux une récupération post-stress plus rapide des paramètres physiologiques.

Rollin McCraty et Mike Atkinson, « Resilience Training Program Reduces Physiological and Psychological Stress in Police Officers », Global Advances in Health and Medicine 1, no 5 (novembre 2012): 44‑66, doi:10.7453/gahmj.2012.1.5.013.

Gestion du stress - Récupération

Un programme d’entraînement à la résilience incluant la cohérence cardiaque réduit le stress physiologique et psychique chez des officiers de police

Quarante-trois officiers de patrouille, 12 détectives, 9 officiers de bureau sont répartis dans un groupe suivant un programme incluant de la cohérence cardiaque (28) et dans un groupe contrôle (21). Le groupe cohérence cardiaque a 3 séances de 4h sur un mois. Les deux groupes sont exposés à des scenarii stressants avant et après le programme. A la fin du programme, on constate dans le groupe cohérence cardiaque une amélioration des symptômes de stress, une amélioration des composantes physiologiques cardiaques. Les participants du groupe cohérence cardiaque déclarent également mieux gérer leur stress et leurs émotions ainsi que d’avoir constaté une amélioration du sommeil. De plus, ces participants disent avoir recours à la méthode pendant les expositions au stress et on constate chez eux une récupération post-stress plus rapide des paramètres physiologiques.

Rollin McCraty et Mike Atkinson, « Resilience Training Program Reduces Physiological and Psychological Stress in Police Officers », Global Advances in Health and Medicine 1, no 5 (novembre 2012): 44‑66, doi:10.7453/gahmj.2012.1.5.013.

Gestion du stress- Sommeil et anxiété

Diminution de l’anxiété liée à l’hospitalisation par la cohérence cardiaque en biofeedback

Dix sujets sains sont invités à passer une nuit en laboratoire pour analyser leur sommeil par polysomnographie. Cinq d’entre eux sont équipés d’un dispositif portable de cohérence cardiaque et l’utilisent 30 minutes avant le coucher au laboratoire. On observe chez ces sujets une plus faible anxiété en salle de laboratoire avant la nuit et également un meilleur sommeil. Les auteurs concluent que ce dispositif peut participer à mieux adapter les patients à l’environnement de laboratoire pour des polysomnographies.

Matthew R. Ebben, Vadim Kurbatov, et Charles P. Pollak, « Moderating Laboratory Adaptation with the Use of a Heart-Rate Variability Biofeedback Device (StressEraser). », Appl Psychophysiol Biofeedback 34, no 4 (décembre 2009): 245–249, doi:10.1007/s10484-009-9086-1.

Périnatalité

Diminution du nombre de prématurés avec la cohérence cardiaque pendant la grossesse

Le stress est un facteur de risque de prématuré chez la femme enceinte. 48 femmes entre 24 et 32 semaines de grossesse, de 19 à 38 ans, ayant des contractions régulières avant terme suivent au choix soit un entraînement à la cohérence cardiaque soit une vidéo, de 25 mn 3 fois par semaine pendant deux semaines. On constate une diminution du stress chronique 4 semaines après la fin de l’intervention chez les femmes ayant suivi la cohérence cardiaque. De plus, celles-ci semblent avoir moins fait l’objet de naissances prématurées que le groupe ayant regardé la vidéo (13% contre 33%).

Martin Siepmann et al., « The Effects of Heart Rate Variability Biofeedback in Patients with Preterm Labour. », Appl Psychophysiol Biofeedback 39, no 1 (mars 2014): 27–35, doi:10.1007/s10484-013-9238-1.

Risque cardio-vasculaire

La cohérence cardiaque améliore le pronostic chez des patients avec une maladie coronarienne

Soizante-quatre patients coronariens sous traitement standard pour leur maladie cardiaque sont répartis en deux groupes : l’un suit un programme de cohérence cardiaque comportant une séance de 45 mn une fois par semaine ainsi qu’un entraînement à domicile quotidien de 20 mn pendant 6 semaines, l’autre ne fait rien de particulier. On constate une amélioration de la variabilité du rythme cardiaque (VRC) à la fin de l’entraînement par rapport au groupe contrôle et cette amélioration persiste 6 semaines après l’arrêt du programme. Cela est d’autant plus important que les paramètres de la VRC ont une implication directe dans le risque de mortalité. Ainsi certains patients ayant suivi le programme de cohérence cardiaque ont ainsi amélioré leurs chances de survie.

Jessica M. del Pozo et al., « Biofeedback Treatment Increases Heart Rate Variability in Patients with Known Coronary Artery Disease. », Am Heart J 147, no 3 (mars 2004): E11, doi:10.1016/j.ahj.2003.08.013.

Deux mois d’entraînement quotidien à la cohérence cardiaque permet de diminuer la tension pendant trois mois chez des patients en pré-hypertension

Trente-deux patients diagnostiqués en pré-hypertension sont comparés à 26 patients sains. Les paramètres de variabilité du rythme cardiaque (VRC) chez les préhypertenseurs sont inférieurs aux valeurs des patients sains et attestent d’un déséquilibre sympathovagal. Les patients préhypertenseurs sont ensuite répartis en trois groupes : un groupe suit un programme de cohérence cardiaque composé de 2 séances par semaine de 30 mn additionnées d’une séance quotidienne à domicile de 30 mn deux fois par jour ; un groupe suivant des techniques de relaxation selon la même fréquence et un dernier groupe contrôle ne suivant aucun programme. Chacun des groupes est suivi pendant deux mois.

Un test de stress physique et cognitif est pratiqué sur l’ensemble des participants avant et après le programme. On observe une diminution de la pression sanguine systolique et diastolique au repos ainsi qu’en réponse au stress dès la fin de l’entraînement et 3 mois après la fin de l’entraînement dans les deux groupes expérimentaux. Cependant, c’est dans le groupe pratiquant le biofeedback que l’on voit les plus fortes améliorations, notamment sur la VRC et sur le rythme respiratoire de repos.

S. Chen et al., « Effects of Heart Rate Variability Biofeedback on Cardiovascular Responses and Autonomic Sympathovagal Modulation Following Stressor Tasks in Prehypertensives. », J Hum Hypertens, avril 2015, doi:10.1038/jhh.2015.27.

Chez les hypertendus : Diminution de la tension après 5 mn de cohérence cardiaque

Soixante-deux patients hypertendus se font prendre la tension puis sont répartis en trois groupes ayant chacun un traitement différent pendant 5 minutes : un groupe sans aucun traitement, un groupe devant entrer en cohérence cardiaque sans respiration guidée et un groupe combinant la cohérence cardiaque avec un traitement antihypertenseur. Puis on leur reprend la tension. On observe lors de cette deuxième mesure une diminution significative de la pression systolique et de la pression moyenne dans les 2 groupes ayant pratiqué la cohérence cardiaque. L’effet est d’ailleurs plus fort dans le groupe n’étant pas sous traitement antihypertenseur.

Abdullah A. Alabdulgader, « Coherence: A Novel Nonpharmacological Modality for Lowering Blood Pressure in Hypertensive Patients. », Glob Adv Health Med 1, no 2 (mai 2012): 56–64, doi:10.7453/gahmj.2012.1.2.011.

Sport

Moins de blessures chez de jeunes footballeurs suivant un entraînement à la cohérence cardiaque

Vingt-neuf footballeurs d’environ 17 ans dans des lycées certifiés par la Swedish Football Association sont répartis en deux groupes : un groupe suivant un accompagnement proche de la TCC incluant la cohérence cardiaque et un journal de stress et un groupe contrôle avec accompagnement individuel. Pour chaque groupe le programme a consisté à une séance de 45 minutes par semaines de la période d’avril à juin, intensive en matches. On observe à la fin du programme une moindre fréquence de blessures par rapport au groupe contrôle même si celle-ci n’est pas significative (manque de sujets).

Arne Edvardsson, Andreas Ivarsson, et Urban Johnson, « Is a Cognitive-Behavioural Biofeedback Intervention Useful to Reduce Injury Risk in Junior Football Players? », J Sports Sci Med 11, no 2 (2012): 331–338.

Amélioration des performances sportives et diminution de l’anxiété chez des basketteurs suivant un programme de cohérence cardiaque

Trente basketteurs de 18 à 28 ans de différents niveaux (université ; régional ; national) sont répartis en trois groupes : cohérence cardiaque, vidéos de matches ou rien de particulier (contrôle). Chacun des groupes suit l’entraînement correspondant 10 jours consécutifs à raison de 20 mn par jour. On constate dans le groupe cohérence cardiaque une diminution de l’anxiété et une amélioration des performances sportives (dribble, passes et tirs ont été testés avant le début du programme et à la fin) par rapport au groupe ayant regardé des vidéos de matches et au groupe contrôle.

Maman Paul et Kanupriya Garg, « The Effect of Heart Rate Variability Biofeedback on Performance Psychology of Basketball Players. », Appl Psychophysiol Biofeedback 37, no 2 (juin 2012): 131–144, doi:10.1007/s10484-012-9185-2.

Stress chez l'étudiant

Chez des lycéens : amélioration de la réponse au stress avec un entraînement régulier à la cohérence cardiaque

Deux classes de deux lycées différents ont participé à l’étude. Une classe de volontaires a suivi un programme de gestion du stress et des émotions incluant de la cohérence cardiaque et l’autre classe de volontaires n’a rien fait. La classe suivant le programme a eu des cours deux fois par semaine de janvier à Mai. Un système de biofeedback sur la variabilité du rythme cardiaque (VRC) est à disposition des élèves sur 3 ordinateurs dans l’école, disponible à tout moment. Cependant l’étude ne recense pas leur utilisation. Un test de stress cognitif a été pratiqué sur les deux groupes avant et après le suivi du programme. On constate une augmentation de la VRC au repos à celle juste avant le test de stress dans le groupe BFB comparé au groupe contrôle. Les lycéens ayant suivi le programme BFB ont aussi moins d’appréhension négative par rapport au test que le groupe contrôle. Néanmoins les classes de départ n’avaient pas des populations totalement homogènes, ces résultatsdoivent être confirmés par d’autres études.

Raymond Trevor Bradley et al., « Emotion Self-Regulation, Psychophysiological Coherence, and Test Anxiety: Results from an Experiment Using Electrophysiological Measures. », Appl Psychophysiol Biofeedback 35, no 4 (décembre 2010): 261–283, doi:10.1007/s10484-010-9134-x.

Chez les étudiants anxieux : Effets similaires de la cohérence cardiaque en biofeedback aux techniques de relaxation sur la diminution de l’anxiété

Quinze étudiants en thèse de moins de 35 ans, très anxieux de nature sont répartis en trois groupes : un groupe de biofeedback sur la variabilité du rythme cardiaque incluant de la psychoéducation où ils viennent pour une séance de 45 mn une fois toutes les deux semaines (pour 4 séances au total) et doivent en plus pratiquer quotidiennement 10mn chez eux ; une groupe de relaxation à qui on apprend différentes techniques de relaxations sur 4 séances à la même fréquence que le groupe biofeedback et qui doivent également pratiquer quotidiennement chez eux 10mn ; enfin un dernier groupe qui n’a aucun protocole à suivre.

Une même diminution de l’anxiété de nature (anxiété trait) est observée dans le groupe biofeedback comme dans le groupe relaxation alors que rien n’est constaté dans le groupe n’ayant rien suivi.

Jieun Lee, Jung K. Kim, et Amy Wachholtz, « The Benefit of Heart Rate Variability Biofeedback and Relaxation Training in Reducing Trait Anxiety », Han’guk Simni Hakhoe Chi. Kon’gang = The Korean Journal of Health Psychology 20, no 2 (2015): 391‑408.

Chez les étudiants : Diminution de l’anxiété avec un entraînement quotidien à la cohérence cardiaque

Neuf étudiants anxieux suivent un programme complet de réduction de l’anxiété incluant la cohérence cardiaque à raison d’un quart d’heure 5 jours par semaine sur un mois. On mesure leur anxiété avant/après et on constate après le mois d’entraînement une réduction significative de leur anxiété.

L’étude est répétée sur 55 étudiants divisés en deux groupes : un groupe qui ne fait rien et un groupe qui suit le programme selon les mêmes modalités que précédemment. On constate une diminution de l’anxiété par rapport au groupe contrôle ainsi qu’un léger effet sur la dépression.

Gregg Henriques et al., « Exploring the Effectiveness of a Computer-Based Heart Rate Variability Biofeedback Program in Reducing Anxiety in College Students. », Appl Psychophysiol Biofeedback 36, no 2 (juin 2011): 101–112, doi:10.1007/s10484-011-9151-4.

Baisse de l’anxiété chez des étudiants grâce à 10 mn de cohérence cardiaque versus de la marche à pied

Trente-deux étudiants entre 18 et 29 ans ayant un stress élevé par rapport aux étudiants du même âge ont été répartis en 3 groupes : biofeedback sur la variabilité du rythme cardiaque (VRC), marche ou lecture. On leur a demandé de résoudre un problème mathématique pendant une durée déterminée puis ils ont eu à faire pendant 10 minutes soit du biofeedback (6 cycles respiratoires par minute), soit de la marche (en choisissant leur propre rythme), soit lire une de leurs lectures favorites parmi le matériel de classe. Après quoi, un nouveau problème mathématique leur a été donné à résoudre.

Leur anxiété a été mesurée lors du premier test de maths et lors du deuxième. Une diminution de l’anxiété a été constatée dans le groupe Biofeedback et dans le groupe marche entre les deux tests alors qu’aucun changement n’a été constaté dans le groupe lecture. Cette réduction est significative et plus forte dans le groupe biofeedback.

Nathan Meier, « The effects of acute self-paced exercise and respiration biofeedback on anxiety and affect in high-stress university students » (Iowa State University, 2013); Nathan F. Meier et Amy S. Welch, « Walking versus Biofeedback: A Comparison of Acute Interventions for Stressed Students », Anxiety, Stress, and Coping 29, no 5 (septembre 2016): 463‑78, doi:10.1080/10615806.2015.1085514.

Stress et sommeil

Diminution du stress et amélioration de la qualité du sommeil chez des employés exposés à une restructuration de service grâce à un programme d’entraînement à la cohérence cardiaque

Neuf employés dans un service en restructuration suivent un programme faisant intervenir la cohérence cardiaque. Ils ont une séance d’une heure par semaine pendant 10 semaines. Entre le début et la fin du programme, ces employés ont ressenti une diminution de leur stress et une amélioration de la qualité de leur sommeil. Notamment on observe une augmentation de la proportion de sommeil REM (appelé aussi sommeil paradoxal), phase de sommeil importante dans la récupération post-stress. Ils s’endorment également plus facilement. Physiologiquement certains marqueurs de stress ont également diminué (alpha-amylase salivaire ; pas de diminution notable du cortisol).

Marion Trousselard et al., « Stress Management Based on Trait-Anxiety Levels and Sleep Quality in Middle-Aged Employees Confronted with Psychosocial Chronic Stress », Psychology 5, no 1 (janvier 2014): 78‑89, doi:DOI: 10.4236/psych.2014.51013.

Troubles du comportement

Diminuer l’anxiété avec la cohérence cardiaque chez des patientes souffrant de troubles du comportement alimentaire

Un étude a été menée sur 24 patientes âgées de 13 à 55 ans présentant une anorexie mentale, une boulimie ou une hyperphagie compulsionnelle.  On leur a proposé de suivre un programme de cohérence cardiaque 10 mn chaque jour ou tous les deux jours pendant 12 séances. 3 jeunes filles n’admettant pas leur maladie ont abandonné avant la fin et une autre a abandonné après avoir récupéré 10 kilos. Les résultats montrent que près des 3/4 des patientes ont ressenti un effet bénéfique sur leur anxiété.

Barbara Scolnick, David I. Mostofsky, et Robert J. Keane, « Pilot Study Employing Heart Rate Variability Biofeedback Training to Decrease Anxiety in Patients with Eating Disorders. », J Eat Disord 2 (2014): 17, doi:10.1186/2050-2974-2-17.

La cohérence cardiaque réduit les symptômes associés à l’envie irrépressible de manger

Le craving désigne « l’envie irrépressible de consommer une substance donnée ». On retrouve cela chez les toxicomanes mais le craving peut aussi faire référence à des envies de nourriture incontrôlables (binge eating disorder). Une étude contrôlée a été menée sur 56 sujets (28 gros cravers et 28 sujets contrôles sans problèmes). Les 28 cravers ont été séparés en deux groupes : un groupe pratiquant la cohérence cardiaque à raison de 12 séances de 20 mn de cohérence cardiaque sur 4 semaines et les 14 autres ainsi que le groupe contrôle n’ont rien fait. Après ces quatre semaines, les résultats montrent une diminution de la perte de contrôle, de la préoccupation au sujet de la nourriture et des sentiments de culpabilité dans le groupe biofeedback en comparaison avec les autres groupes. On constate également une réduction de la prise alimentaire et des inquiétudes au sujet du poids dans ce groupe par rapport aux autres groupes. Il y a donc une diminution des symptômes de l’addiction qui est observée avec l’entraînement à la cohérence cardiaque.

Adrian Meule et al., « Heart Rate Variability Biofeedback Reduces Food Cravings in High Food Cravers. », Appl Psychophysiol Biofeedback 37, no 4 (décembre 2012): 241–251, doi:10.1007/s10484-012-9197-y.

Diminution du craving et de l’anxiété grâce à un entraînement régulier à la cohérence cardiaque chez des patients alcooliques en cure de désintoxication

Quarante-huit patients sous dépendance alcoolique en cure de désintoxication (âge~40 ans) sont invités pour moitié à suivre un programme de cohérence cardiaque en plus de leur prise en charge, l’autre moitié est le groupe contrôle sans cohérence cardiaque. La cohérence cardiaque est pratiquée trois séances par semaine de 20 mn pendant 2 semaines. On observe une diminution du craving (envie irrépressible de consommer une substance ou d’exécuter un comportement) dès la fin du programme dans le groupe cohérence cardiaque alors que pour le groupe contrôle il faut encore attendre 3 semaines supplémentaires. On constate également que l’anxiété est diminuée chez les participants à la cohérence cardiaque en comparaison du groupe contrôle. Ces éléments sont corrélés avec une tendance à l’amélioration de la variabilité du rythme cardiaque dans le groupe cohérence cardiaque.

Ana Isabel Penzlin et al., « Heart Rate Variability Biofeedback in Patients with Alcohol Dependence: A Randomized Controlled Study », Neuropsychiatric Disease and Treatment 11 (2015): 2619‑27, doi:10.2147/NDT.S84798.

URGO Feel, scientifiquement prouvé

Maîtrisez votre stress avec une solution scientifiquement prouvée, la cohérence cardiaque.

La cohérence cardiaque au service des enfants asthmatiques

Aider les enfants asthmatiques

Et si on réduisait les traitements médicamenteux des enfants asthmatiques, grâce à la cohérencement cardiaque ?

Limiter les risques liés à l'hypertension

Les hypertendus doivent apprendre à maîtriser leur stress. Comment la cohérence cardiaque peut les aider ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous offrir le meilleur service. en savoir plus